Médias

Référendum, oui. Plebiscite, non.

Posté par le 28/06/2016 dans A la Une, Actus, Médias, Vidéos | 1 commentaire

Plus personne ne conteste le "deficit démocratique" de la Ve République.

En 2017, chaque candidat ira de son petit couplet, artifice, ou mesure pour "prendre mieux en compte les citoyens".

Mais, comment faire la différence entre les hypocrites, qui changent le vocabulaire sans pour autant modifier la concentration oligarchique du pouvoir, et les authentiques partisans de la souveraineté populaire?

Rappelons qu'il y a en France une tradition plebiscitaire, césariste. Elle est portée aujourd'hui par le Gouvernement (NDDL..), par LR, et par le FN.

Ce matin, nous avons débattu sur Europe 1 avec Dominique Reynié (FONDAPOL), sur le thème : "Faut-il multiplier les référendums?".

 


"Réferendum, oui. Plebicite, non… par lepartidegauche

 

Hollande insulté en ligne et au Salon de l’Agriculture : la pointe de l’iceberg!

Posté par le 02/03/2016 dans A la Une, Actus, Médias, Vidéos | 0 commentaires

Hier sur I>Tele le plateau tout entier était indigné des réactions des internautes lors du dernier streaming présidentiel sur Périscope.

On a eu droit à des indignations contre ce peuple de malpolis! Je riais interieurement car je pense qu'ils ne s'apercoivent même de la scène caricaturale que forment les leçons de maintien de la part du Directeur de Libération ou du Maire de.. Cannes!

J'ai essayé de me mettre à la place de ceux qui se faisaient ainsi gronder. Laurent Joffrin leur reprochait leur incohérence.  Selon lui ils voteraient pour des réprésentants puis les insulteraient ensuite. Monsieur le Directeur oublie une chose, c'est que plus de 50% des français ne votent plus aux élections, sans doute excédés par les marques constantes de mépris qu'offrent les élus qui trahissent leur programme.

Bien sûr, la délibération c'est mieux. Raison pour laquelle je milite pour une assemblée constituante. La Constituante, c'est la modalité pacifique de règlement des conflits dans une société où les tensions montent.

1411050761306_wps_88_SCOTLAND_INDEPENDENCE_REFDans cette émission, où la mobilisation des jeunes contre la Loi ElKhomri a été dénoncée comme un "cocktail maléfique", j'ai au contraire vanté l'implication des jeunes. J'ai rappelé ma position en faveur du droit de vote à 16 ans qui a dynamisé la démocratie écossaise.

 

 

 


Hollande insulté en ligne : "ce n'est que la… par lepartidegauche

Mon camarade Sébastien Roussette a fait une transcription de mes interventions lors du débat :

 

"J'espère que la contestation ne sera pas désamorcée. Bon, ce n'est pas la tournure que cela prend. J'ai l'impression que le mouvement continue, il y a encore beaucoup encore de mobilisations autour de la pétition en ligne www.loitravail.lol et autour du ‪#‎OnVautMieuxQueCa‬.

La jeunesse n'est pas un cocktail maléfique, là en l'occurrence la jeunesse est celle qui est pionnière dans la mobilisation, parce que je pense que la perspective de rester toute une vie dans la précarité est quelque chose qui est devenu absolument inacceptable.

Je pense que nous qui ne sommes plus lycéens, étudiants, on doit être reconnaissant que la jeunesse se mobilise. Vous savez, il y a énormément d'abstention dans la jeunesse. A chaque élection, on dit regardez ils ne votent pas assez. Moi par exemple, je suis partisane du vote à 16 ans, j'ai remarqué que dans d'autres pays, en Ecosse, par exemple, ils ont mis en place le vote à 16 ans pour le référendum, ça dynamise la société, vous savez quand les jeunes sont là, ça dynamise.

Ma préconisation, mon conseil, c'est surtout ne lâchez pas pour le 9 mars! Moi je serais là, on sera là, et, il faut obtenir le retrait. C'est pas gagnez, vous dites que ça sera rejeté, je ne sais pas, ce n'est pas gagné, parce que la droite à mon avis fait une erreur qui est de renter sur le fond du sujet. Il y a un problème démocratique dans le fond. Si la droite avait proposé, si la droite avait persévéré dans sa politique de l'époque de Nicolas Sarkozy et elle avait été réélue pour ce faire en 2012, il y aurait un socle de légitimité pour le faire, mais, il n'y a pas de socle de légitimité pour ce gouvernement, et pour ce président pour mener cette politique, donc ce n'est pas démocratique.

Il y a un problème de démocratie, parce que nous citoyens en attendant quand on est des millions à faire grève en 2010 contre la réforme des retraites, au final, on perd parce que l'on a mis en 2012, Hollande, pour justement sanctionner celui qui a fait ça en 2010, et plouf, il fait la réforme des retraites, il allonge la durée de cotisation, donc on fait comment nous les citoyens, si à chaque fois, que l'on va voté, les hommes politiques  trahissent leur parole, et après, s'acoquinent à l'Assemblée Nationale contre nous?

(…)

Les personnes qui s'expriment dans le mouvement #OnVautMieuxQueCa, vous regardez la vidéo, les youtoubeurs, bon, il y a pas un seul la dedans, qui est un bourgeois étudiant, où dans les grandes écoles ou je ne sais quoi, ce sont des jeunes travailleurs, des jeunes instits, ce sont des gens qui bossent, caissier à Hyper U pour le dernier, donc attention à ne pas utiliser le mot jeunesse précarisée contre ceux des étudiants qui se mobilisent.

(…)

Non mais la, ce n'est pas tellement le journaliste qui parle, parce qu'il y a peu de chiffres, d'exemple concret justement à part dire c'est généralisé, mais l'éditorialiste qui parle, non mais c'est votre droit d'être plutôt militant éditorialiste que (…) mais vous êtes la à télé, faite le …, mais donnez des explications, vous êtes la pour mener l'enquête, autour de la table celui qui enquête; c'est vous. L'explication qui consiste à dire (…) des cas, Gattaz, parle toujours des cas, mais la vérité, c'est que plus vous facilitez les licenciements (…) non mais vous me dites quand je dois parler et quand je dois me taire, c'est ça, (…) non vous n'avez pas donné d'exemple, vous dites, il y a des cas,

et moi, je vous dit que aider le licenciement de quelqu'un n'aide pas à ce qu'il soit pas licencié, c'est quand même assez clair, je pense que tout le monde à compris, les six millions de personnes qui sont au chômage, les personnes qui sont licenciées ont compris que si c'était plus facile de les licencier, ils auraient pas encore plus leur boulot aujourd'hui, c'est logique,

donc au final, (…) il faut relancer l'économie, et ce n'est pas les licenciements qu'on relance l'économie, c'est avec la politique de la mer …

(…)

Cela vous étonnera pas que moi je suis une militante pour l'abolition de la monarchie présidentielle.
Vous parlez beaucoup d'institutions démocratiques, mais ce dont on ne parle pas assez à mon sens, c'est justement le fait que 50 % des français ne votent plus, c'est ça la réalité. Pour la présidentielle c'est un peu plus, mais il y a quand même un problème grave d'absence de participation des français, pourquoi, parce quand ils vont voté, et bien derrière, ils se font trahir sur des programmes qui sont pas respectés par les candidats, quand on regarde les choses du point de vue des citoyens, euh, écoutez, il y a aussi une colère qui monte (…) moi je peux aller jusqu'au bout du raisonnement, je pense que cette colère que vous voyez la, ce n'est que la pointe de l'iceberg,

J'ai toujours plaidé pour une refondation des institutions de la France, dans une constituante pour une sixième république. Pourquoi? Parce que je pense que c'est une modalité pacifique de règlement du conflit, nous avons un conflit grave entre les citoyens (qui devraient l'être et qui ne le sont plus en réalité), et cette oligarchie politique qui nous gouverne. La vérité est que si les gens les avaient sous la main, ces hommes politiques peut être que cela ne serait pas peut être juste des insultes qui auraient, et la, il y a un atterrissage, oui parce que le numérique le permet, la réalité virtuelle permet d'être en contact direct avec les gens, donc, ils atterrissent, il faut atterrir à la réalité.

Bien sur, moi je suis pour la politesse ce que vous voulez, la médiation, le palabre quoi, le fait que l'on délibère que l'on trouve le point d'intérêt général, sauf que ce n'est pas ça la politique en France, c'est des petites cliques qui font leur politique pour eux même, regardez la loi ‪#‎Elkhomri‬, la loi Elkhomri vous dit aux gens, vous allez pouvoir bosser jusqu'à 60 heures par semaine (…)

Vous méprisez quelqu'un tout simplement parce que je parle de quoi ? Des abstentionnistes et des citoyens. oh la la, c'est très grave hein, vous parler des citoyens et des abstentionnistes …"

Jean-Luc Mélenchon convoquera la constituante puis rentrera chez lui

Posté par le 22/02/2016 dans A la Une, Actus, Médias, Vidéos | 1 commentaire

RG LCI 20 fev 2016

Samedi matin j'étais invitée de LCI. C'est une émission que j'aime bien car ils me demandent de faire une revue de presse de la semaine. Je choisis donc trois sujets. En plus de ces trois sujets, on me questionne sur un sujet d'actualité au choix de la rédaction.

Nous avons abordé quatre sujets :

– Le referendum au Royaume-Uni sur l'appartenance à l'Union Européenne et différence de traitement d'avec la Grèce. Rappel du contournement du référendum français de 2005

– La proposition de candidature de Jean-Luc Mélenchon et ce qu'elle sous-tend comme projet citoyen pour renverser la monarchie présidentielle

– La Loi El Khomri

– Hommage à Thérèse Clerc, insoumise

[la vidéo dure 9’58]


Raquel Garrido invitée à "La revue de presse… par lepartidegauche

La bourgeoisie d’Etat, les salariés, et les patrons #Macron

Posté par le 21/01/2016 dans A la Une, Actus, Médias, Vidéos | 2 commentaires

MacronEmmanuel Macron est l'archétype de la bourgeoisie d'État.

Il a fait l'ENA, puis est devenu haut-fonctionnaire, puis a été débauché par une banque d'affaires qui lui a donné 1 million d'euros (nets) pour un an et demi de travail. Il est ensuite revenu dans les plus hautes sphères de l'Etat (Secrétaire Général adjoint de l'Elysée, et Ministre des Finances) où il défend les intérêts de la finance.

Soyons donc très clairs : Emmanuel Macron ne défend ni les salariés (ça, chacun l'a vu) ni les entrepreneurs qui triment.

Il provoque les chômeurs et les salariés en se faisant le soi-disant défenseur des patrons. Or, les petits patrons lui doivent les faillites et les dettes. Macron et sa politique économique met tout le monde en difficulté, salariés, auto- entrepreneurs, patrons de petites entreprises.

Seule la finance s'y retrouve avec Marcon, qui a la reconnaissance du ventre par rapport au million d'euros qu'il a perçu en 1 an et demi de présence à la banque.

Au passage : il faut noter le cynisme de Macron. Il fait pleurer sur le sort de patrons qui n'auraient pas de garanties, autrement dit qui n'ont pas de droits aux allocations chômage. Cette remarque est perfide car les patrons savent bien la raison de cette situation : qui dit allocation chômage dit caisse d'allocation et dit cotisations. Or, les patrons ne veulent pas cotiser à une telle caisse pour eux-mêmes! Aucune organisation patronale ne demande une cotisation pour financer le chômage des patrons. Il n'y a pas de solidarité patronale face au chômage. Si Gattaz n'a plus de job comme patron, et qu'il avait droit à une allocation chômage, quel patron serait prêt à cotiser pour lui? Quel taux de remplacement lui appliquerait-on? On lui donnerait 50%, 60% voir plus de son dernier revenu? Impensable. Cette garantie dont l'absence Macron fait mine de déplorer, personne n'en veut! Mais elle lui permet de faire culpabiliser les salariés qui, eux, cotisent pour l'assurance chômage.

 


Raquel Garrido invitée à " 19H RUTH ELKRIEF… par lepartidegauche

Débat du 20 janvier 2016 sur BFM, face à Thierry Solère.

2017 : La présidentielle ET la Constituante

Posté par le 18/01/2016 dans A la Une, Actus, Médias, Vidéos | 1 commentaire

Extraits (audio, 7 minutes) de mon passage à Europe 1 ce matin.

Débat face à Bruno Roger-Petit, animé par Jean-Marc Morandini.

 

La Présidentielle de 2017 et la Constituante (Europe 1)

Extraits (audio) de mon passage à Europe 1 ce matinPrésidentielle 2017 (Monarchie élective, Primaires, articulation entre le candidat pour une Constituante et les candidats à la Constituante sur tout le territoire), Abstention, prise en compte du vote blanc, seuils de représentativité, Droit de révoquer les élus.Jean-Luc Melenchon Mouvement pour la 6e République Alexis Frédéric Corbiere Lise Maillard Gabriel Amard

Posted by Raquel Garrido on Monday, January 18, 2016

 

Verbatim

Primaires et sondages

En Ve République, en réalité, qui désigne les candidats? Ce sont un peu les partis, et, ce sont beaucoup les sondages.

Si vous regardez le fonctionnement réel de la vie institutionnelle, vous avez à chaque présidentielle un phénomène de présélection sondagière.

Les gens qui vont à la primaire, qui sont de bonne foi et qui sont contents de participer à quelque chose qui peut leur sembler citoyen, comment ils choisissent ? Et bien ils se disent « je vais prendre celui qui est mieux placé pour battre la droite, je vais écouter les sondages ». C’est absolument mortifère ! Ce n’est pas du débat, ce n’est pas de la délibération, c’est le pouvoir externalisé à un système de communication entre les mains des sondages. Voilà pourquoi je me méfie, moi, des primaires en tant que telles, parce que cela ne permet pas d’abolir le système de la Ve république. Il me semble que pour l’abolir, il faudrait au contraire commencer dans chaque circonscription de France, aujourd’hui, à désigner des candidats pour une constituante. C’est ça qui m’intéresse.

 

 

Primaires et Président sortant

François Hollande n’est pas du tout un candidat naturel, ça c’est l’autoritarisme de la Ve République. Nous sommes dans une monarchie élective, bon alors évidemment, il y a lèse-majesté quand on dit que le monarque doit être remis en cause, mais il se trouve néanmoins que dans cette monarchie élective, ça craque. Et même les plus hollandistes des hollandais disent qu’il y a un problème.

 

 

Primaires et candidat de la gauche

Je vais peut être vous choquer, mais je ne suis pas à la recherche d’un « meilleur candidat pour la gauche ». Cela m’intéresse assez peu cette idée de regrouper la gauche pour, comment dire, être minoritaire dans la société. Moi, je cherche un candidat, ou une candidate, pour faire une constituante en 2017. L’élection présidentielle est une mascarade et là tel que c’est parti, on va recommencer la même chose, avec des partis qui vont mobiliser très peu de français autour de leurs histoires.

Moi j’ai envie de militer pour qu’en 2017, on organise une assemblée constituante pour que le peuple lui-même fasse et écrive la sixième république.

Ce qui m’intéresse, c’est effectivement un candidat qui s’engage à convoquer cette constituante. Il y en a un qui l’a fait, dont on sait qu'il est d’accord avec cela, c’est Jean Luc Mélenchon.

[le fait qu’il ne veuille pas se présenter à une primaire de la gauche] n'est pas important dans mon raisonnement, car je ne veux pas prendre le risque de me retrouver avec zéro candidat qui porte la constituante. C'est ça qui est important pour moi. La deuxième chose qui est importante, c’est qu'une constituante, ça se prépare, et donc il faut que dans les 577 circonscriptions de ce pays, les français se mobilisent et désignent eux mêmes des candidats à la constituante, c’est maintenant que cela se joue. Il faut se réunir en ateliers constituants et dire c’est quoi que l’on veut dans notre constitution. Là, en février, Valls et Hollande vont réviser la constitution sur un coin de table, seuls dans un coin. On se fait déposséder en tant que citoyens. Pourtant il y a plein de nouvelles choses à mettre dans la constitution, des grands équilibres à trancher. C’est à nous de le faire. Moi, je vais militer pour cela. 2017 : un candidat qui s’engage à convoquer la constituante et des candidats à la constituante partout en France.

 

Je parle au nom de 20 millions de personnes qui ne croient plus dans les choses dont vous parlez. Je pars d’une réalité, une réalité de plus 20 millions de personnes. J’exprime comme eux un dégoût de ce système, le fait que l’on n'en peut plus de cette conversation autour de personnes qui nous intéressent plus par ce qu’elles veulent maintenir l’ancien régime.

 

 

Responsabilité et légitimité en politique

[Hollande n’a pas eu le temps de faire ses preuves?] Bah c’est faux, il a pris des mesures, il a donné 40 milliards aux entreprises via le CICE qui ont créé zéro emploi. Ce qui est frappant, c’est que vous et moi, ou les auditeurs, nous vivons sous un régime de responsabilité. Quand on fait des bêtises, on les paye. Il ne nous viendrait pas à l’idée, par exemple, de re postuler à un job dans lequel on a tout merdé, si j'ose le langage. Pourtant, en politique, il y a un principe d’impunité, dans la Ve République. Effectivement ce qui est frappant c’est que cet homme [Hollande] ose même de se représenter, ose même continuer, et qu’il y a des citoyens qui continent de penser  que c’est normal cette espèce d’impunité divine attachée à la présidence de la république. C’est absolument mortifère.

Il y a des choses que je ne peux pas laisser dire. Les personnes qui sont allé voter au deuxième tour pour des gens avec lesquels qui sont pas d’accord, ont voté sous le fouet, sous la peur, et ça ce n’est pas républicain. Ce n’est pas démocratique.  J’ai une proposition très concrète par rapport à ça par ce que si on veut parler démocratie, il faut aller jusqu’au bout. Je pense qu’il faut 1) une prise en compte du vote blanc et 2) des seuils de représentativité. C'est-à-dire que dans une élection, dans une assemblée comme une assemblée régionale, si vous avez 40 % des gens qui votent alors vous ne désignez pas 100 % des élus et vous recommencez pour le reliquat et vous dites que ceux qui sont déjà candidats ne peuvent pas l’être etc.. Il faut un système vertueux qui améliore l’offre politique.

Pardonnez-moi, cela vous pose un problème que l’on vote ? Pas à moi. Ce qui me pose problème c’est qu’on fasse semblant de voter,  que je vote sous le fouet et que derrière, on m’explique et que les élus sont légitimes.

[Auditeur : Depuis des années, les candidats font rêver et ne respectent pas leur programme]

Paolo, je suis tout à fait d’accord avec vous, et c’est pour cela que je propose qu’on ait le droit de révoquer les élus, qu’il faut le même principe de responsabilité que vous et moi dans la vie, pour les hommes et femmes politiques.

Le mieux c’est la nouvelle constitution de 2017 que nous rédigerons via une constituante et à partir de la mi-mandat, nous les citoyens, on aura le droit de révoquer les élus. Après, on discutera un peu moins la popote de partis et on parlera un petit peu plus des citoyens.

[c’est les soviets!]

Vous avez peur hein ? cela vous arrange que les politiques absolument irresponsables ! Il y a 9 millions de pauvres et plus de 2 millions d'enfants pauvres et vous venez d'expliquer que le principal responsable devait continuer à gouverner!

 

[Merci à Sébastien Roussette pour la retranscription]

About Argentina, Venezuela, oligarchy and the People (France 24)

Posté par le 11/12/2015 dans A la Une, Actus, Médias, Vidéos | 3 commentaires

We had an interesting debate last night on France 24, about the recent polls in Argentina and Venezuela.

Anchoror : Melissa Bell

Other guests :

Mark Weisbrot Co-Director, Centre for Economic and Policy Research

Declan McGarvey FRANCE 24 Correspondent in Buenos Aires

Daniel Lansberg Rodriguez Adjunct Professor of Finance, Northwestern University

A blogger in Caracas

 


Latin America: The end of the 'pink tide… par france24english

Latin America: The end of the 'pink tide… par france24english
(in the second part the debate resumes at 1:13

Raquel Chavez nov ou dec 2009 rogné