2017 : La présidentielle ET la Constituante

Posté par le 18/01/2016 dans A la Une, Actus, Médias, Vidéos | 1 commentaire

Extraits (audio, 7 minutes) de mon passage à Europe 1 ce matin.

Débat face à Bruno Roger-Petit, animé par Jean-Marc Morandini.

 

La Présidentielle de 2017 et la Constituante (Europe 1)

Extraits (audio) de mon passage à Europe 1 ce matinPrésidentielle 2017 (Monarchie élective, Primaires, articulation entre le candidat pour une Constituante et les candidats à la Constituante sur tout le territoire), Abstention, prise en compte du vote blanc, seuils de représentativité, Droit de révoquer les élus.Jean-Luc Melenchon Mouvement pour la 6e République Alexis Frédéric Corbiere Lise Maillard Gabriel Amard

Posted by Raquel Garrido on Monday, January 18, 2016

 

Verbatim

Primaires et sondages

En Ve République, en réalité, qui désigne les candidats? Ce sont un peu les partis, et, ce sont beaucoup les sondages.

Si vous regardez le fonctionnement réel de la vie institutionnelle, vous avez à chaque présidentielle un phénomène de présélection sondagière.

Les gens qui vont à la primaire, qui sont de bonne foi et qui sont contents de participer à quelque chose qui peut leur sembler citoyen, comment ils choisissent ? Et bien ils se disent « je vais prendre celui qui est mieux placé pour battre la droite, je vais écouter les sondages ». C’est absolument mortifère ! Ce n’est pas du débat, ce n’est pas de la délibération, c’est le pouvoir externalisé à un système de communication entre les mains des sondages. Voilà pourquoi je me méfie, moi, des primaires en tant que telles, parce que cela ne permet pas d’abolir le système de la Ve république. Il me semble que pour l’abolir, il faudrait au contraire commencer dans chaque circonscription de France, aujourd’hui, à désigner des candidats pour une constituante. C’est ça qui m’intéresse.

 

 

Primaires et Président sortant

François Hollande n’est pas du tout un candidat naturel, ça c’est l’autoritarisme de la Ve République. Nous sommes dans une monarchie élective, bon alors évidemment, il y a lèse-majesté quand on dit que le monarque doit être remis en cause, mais il se trouve néanmoins que dans cette monarchie élective, ça craque. Et même les plus hollandistes des hollandais disent qu’il y a un problème.

 

 

Primaires et candidat de la gauche

Je vais peut être vous choquer, mais je ne suis pas à la recherche d’un « meilleur candidat pour la gauche ». Cela m’intéresse assez peu cette idée de regrouper la gauche pour, comment dire, être minoritaire dans la société. Moi, je cherche un candidat, ou une candidate, pour faire une constituante en 2017. L’élection présidentielle est une mascarade et là tel que c’est parti, on va recommencer la même chose, avec des partis qui vont mobiliser très peu de français autour de leurs histoires.

Moi j’ai envie de militer pour qu’en 2017, on organise une assemblée constituante pour que le peuple lui-même fasse et écrive la sixième république.

Ce qui m’intéresse, c’est effectivement un candidat qui s’engage à convoquer cette constituante. Il y en a un qui l’a fait, dont on sait qu'il est d’accord avec cela, c’est Jean Luc Mélenchon.

[le fait qu’il ne veuille pas se présenter à une primaire de la gauche] n'est pas important dans mon raisonnement, car je ne veux pas prendre le risque de me retrouver avec zéro candidat qui porte la constituante. C'est ça qui est important pour moi. La deuxième chose qui est importante, c’est qu'une constituante, ça se prépare, et donc il faut que dans les 577 circonscriptions de ce pays, les français se mobilisent et désignent eux mêmes des candidats à la constituante, c’est maintenant que cela se joue. Il faut se réunir en ateliers constituants et dire c’est quoi que l’on veut dans notre constitution. Là, en février, Valls et Hollande vont réviser la constitution sur un coin de table, seuls dans un coin. On se fait déposséder en tant que citoyens. Pourtant il y a plein de nouvelles choses à mettre dans la constitution, des grands équilibres à trancher. C’est à nous de le faire. Moi, je vais militer pour cela. 2017 : un candidat qui s’engage à convoquer la constituante et des candidats à la constituante partout en France.

 

Je parle au nom de 20 millions de personnes qui ne croient plus dans les choses dont vous parlez. Je pars d’une réalité, une réalité de plus 20 millions de personnes. J’exprime comme eux un dégoût de ce système, le fait que l’on n'en peut plus de cette conversation autour de personnes qui nous intéressent plus par ce qu’elles veulent maintenir l’ancien régime.

 

 

Responsabilité et légitimité en politique

[Hollande n’a pas eu le temps de faire ses preuves?] Bah c’est faux, il a pris des mesures, il a donné 40 milliards aux entreprises via le CICE qui ont créé zéro emploi. Ce qui est frappant, c’est que vous et moi, ou les auditeurs, nous vivons sous un régime de responsabilité. Quand on fait des bêtises, on les paye. Il ne nous viendrait pas à l’idée, par exemple, de re postuler à un job dans lequel on a tout merdé, si j'ose le langage. Pourtant, en politique, il y a un principe d’impunité, dans la Ve République. Effectivement ce qui est frappant c’est que cet homme [Hollande] ose même de se représenter, ose même continuer, et qu’il y a des citoyens qui continent de penser  que c’est normal cette espèce d’impunité divine attachée à la présidence de la république. C’est absolument mortifère.

Il y a des choses que je ne peux pas laisser dire. Les personnes qui sont allé voter au deuxième tour pour des gens avec lesquels qui sont pas d’accord, ont voté sous le fouet, sous la peur, et ça ce n’est pas républicain. Ce n’est pas démocratique.  J’ai une proposition très concrète par rapport à ça par ce que si on veut parler démocratie, il faut aller jusqu’au bout. Je pense qu’il faut 1) une prise en compte du vote blanc et 2) des seuils de représentativité. C'est-à-dire que dans une élection, dans une assemblée comme une assemblée régionale, si vous avez 40 % des gens qui votent alors vous ne désignez pas 100 % des élus et vous recommencez pour le reliquat et vous dites que ceux qui sont déjà candidats ne peuvent pas l’être etc.. Il faut un système vertueux qui améliore l’offre politique.

Pardonnez-moi, cela vous pose un problème que l’on vote ? Pas à moi. Ce qui me pose problème c’est qu’on fasse semblant de voter,  que je vote sous le fouet et que derrière, on m’explique et que les élus sont légitimes.

[Auditeur : Depuis des années, les candidats font rêver et ne respectent pas leur programme]

Paolo, je suis tout à fait d’accord avec vous, et c’est pour cela que je propose qu’on ait le droit de révoquer les élus, qu’il faut le même principe de responsabilité que vous et moi dans la vie, pour les hommes et femmes politiques.

Le mieux c’est la nouvelle constitution de 2017 que nous rédigerons via une constituante et à partir de la mi-mandat, nous les citoyens, on aura le droit de révoquer les élus. Après, on discutera un peu moins la popote de partis et on parlera un petit peu plus des citoyens.

[c’est les soviets!]

Vous avez peur hein ? cela vous arrange que les politiques absolument irresponsables ! Il y a 9 millions de pauvres et plus de 2 millions d'enfants pauvres et vous venez d'expliquer que le principal responsable devait continuer à gouverner!

 

[Merci à Sébastien Roussette pour la retranscription]

1 commentaire

  1. Une brise d'air pur est en train de chasser les odeurs nauséabondes de la politique. Enfin des propositions d'actions concrêtes qui mobiliseront les citoyens vers de nouvelles solutions et un projet antilibéral. Vive la constituante et la VIème République.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *