Pacte de responsabilité : Au Parlement et dans les urnes, voter la défiance au Gouvernement

Posté par le 27/01/2014 dans A la Une, Actus | 0 commentaires

Avec les membres de la Commission 6eme République du Parti de Gauche, nous proposons ce "décryptage" sur la méthode annoncée pour entériner le Pacte de Responsabilité

—-

Alain Vidalies, Ministre des relations avec le Parlement, a annoncé que François Hollande passerait par le « vote de confiance » au Gouvernement (art. 49.1 de la Constitution) pour faire adopter la "philosophie" du pacte de responsabilité.

Ne nous trompons pas. Pour le Président-roi François Hollande, il s'agit de faire peser la menace d'une de confiance dans le Gouvernement pour forcer « sa majorité » à rentrer dans le rang et donner un blanc-seing à un pacte qui est une évidente trahison des promesse électorales du candidat Hollande et des députés de gauche. Il s'agit de chercher un appui plébiscitaire. Toutes les dérives de la 5e république sont ici utilisées contre la souveraineté populaire et pour une politique injuste socialement. François Hollande montre une nouvelle fois en quoi consistent sa présidence et, plus généralement, la Ve République : le règne de l’irresponsabilité permanente !

Celui qui, en campagne électorale, affirmait « Mon ennemi, c’est la finance » est devenu, une fois au pouvoir, l’exécuteur zélé du programme du MEDEF et de la droite libérale. Mais il ne veut pas en payer les conséquences. Il préfère se défausser sur les députés, qui, en réalité brutalement mis au pied du mur par cette procédure qui ne laisse guère de place au débat démocratique, sont une nouvelle fois réduits au rôle de godillots caporalisés, sommés d’endosser par leur vote ses propres revirements ! C'est un coup de force lamentable.

En annonçant que le coup-fourré sera programmé juste après les élections européennes, François Hollande affirme sa loyauté : à l’oligarchie plutôt qu’au peuple. Pour qu’il engage vraiment la responsabilité du Gouvernement sur son coup de barre à droite, c’est au peuple qu’il faudrait poser la question de confiance.

Affirmons la primauté du suffrage universel sur ces procédures anti-démocratiques. Faisons des élections du Printemps 2014, municipales et européennes, des votes de défiance contre le Pacte de responsabilité. Il n’y a rien à attendre d’un président qui s’accommode si bien de l’irresponsabilité permanente inhérente à la Ve République.

Quant aux députés de gauche, ils savent désormais ce qui leur restera à faire : refuser la confiance en ce Pacte de Hollande avec les grands patrons. De cette manière ils exprimeront l'opposition de gauche qui existe dans ce pays et mérite d’être représentée comme il se doit au Parlement.

Marc Duval, Mathilde Larrère, Clément Sénéchal, Charlotte Girard, et Raquel Garrido.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *