Le SPD : Fossoyeur de la gauche allemande et européenne

Posté par le 23/09/2013 dans A la Une, Actus | 1 commentaire

Dès hier soir 18h, le monde entier se faisait l'écho du "triomphe" de Frau Merkel. Pourtant, lorsque l'on regarde de plus près on s'apperçoit qu'en nombre de sièges au Bundestag, la CDU et la CSU (311) sont derrière le "total gauche" (SPD+Linke+Verts, 319 sièges).

C'est comme si en France le total droite était en dessous du total gauche à l'Assemblée Nationale et que la lecture du scrutin soit un triomphe pour la droite. Etrange, non?

L'explication réside entièrement dans la nature du SPD, parti que l'on aurait beaucoup de mal à qualifier de gauche, malgré son histoire et son implantation. En effet, le SPD, avec son programme CDU-compatible et sa stratégie de grosse-koalition, a tué l'idée même d'une gauche majoritaire. Il empêche la majorité de gouverner et déteint négativement sur quiconque s'en approche trop. Le SPD est le fossoyeur de la gauche, allemande et europeenne. Il ne s'en cache d'ailleurs pas puisque cette année il a retiré ses billes de l'Internationale socialiste pour fonder une Internationale Democrate. Le pire c'est que François Hollande le soutienne officiellement et s'en inspire. Ce dernier non plus n'imagine même pas que le SPD puisse construire une coalition de gauche puisqu'il a été le premier à saluer la victoire d'Angela Merkel. Au passage on retient donc que Hollande aussi est CDU-compatible et s'accommode très bien de la stratégie de grosse-koalition.

En tout cas tout n'est pas perdu puisque Die Linke passe 3eme force. Il faudra comparer son évolution dans l'Est et dans l'Ouest. Mais la pente est prise. La Pasokisation du SPD est irréversible. Avec les partis comme Syriza en Grèce, le Bloco au Portugal, et on espère Izquierda Unida en Espagne, nous devons incarner une gauche européenne sans complexes et sans casseroles social-démocrates. L'enjeu est de taille et repose beaucoup sur le Front de Gauche. Quiconque s'approche trop du titanic PS coulera inéluctablement avec lui.

Je remarque enfin qu'en Allemagne le seuil pour entrer au Parlement est de 5%, que nos amis de Die Linke obtiennent 64 sièges pour un résultat de 8,6%, et qu'aucun commentateur français ne dénonce un système "ingouvernable"..

1 commentaire

  1. N’oubliez pas Izquierda Unida

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *